L'APPEL DE MONTPELLIER,
Une alliance en construction

A l'attention des autorités publiques françaises et européennes

APPEL de MONTPELLIER 28 mars 2019

Compte tenu :
1. de la Stratégie Nationale de Santé 2018-2022 demandant à évaluer les interventions non médicamenteuses (INM),
2. de la stratégie de l’OMS 2014-2023 pour la médecine traditionnelle et les médecines complémentaires impliquant la France,
3. des rapports de l’équipe INSERM du Professeur Bruno Falissard depuis 2011 pointant le manque d’études de qualité dans le secteur,
4. des carences de la base de données américaine Pubmed sur les études évaluant les INM,
5. des résultats de l’enquête des Plateforme CEPS – CUMIC – GETCOP en 2019 montrant l’hétérogénéité des actions préventives et thérapeutiques ne relevant pas des domaines des médicaments, des dispositifs médicaux et des chirurgies,
6. des informations imprécises sur les INM, sur leurs professionnels et sur les structures de médecine intégrative,
7. de l’inégalité d’accès aux INM et à leurs professionnels,
8. des risques individuels de non observance aux traitements biomédicaux autorisés et des risques d’interaction de ces derniers avec des INM,
9. de l’impact environnemental des produits biotechnologiques de santé sur l’ensemble de leur cycle de vie,
10. des recommandations de la HAS sur la décision partagée et la prise en compte de l’expérience des patients dans l’évaluation de la pertinence des soins,
11. de l’absence nationale, européenne ou internationale d’un paradigme consensuel d’évaluation des INM,
12. des demandes des professionnels de santé et des patients d’une information claire et transparente sur les pratiques et sur les praticiens spécialisés dans la médecine intégrative et/ou les INM,
13. de l’absence d’un institut national et/ou européen spécialisé dans les INM comme par exemple aux USA avec le NCCIH depuis 1998,
14. de la volonté des professionnels des INM et de la médecine intégrative d’inscrire leur pratique dans une approche scientiÿque rigoureuse,
15. des besoins de formation de tous les professionnels de santé sur les INM,
16. de la mutation du système de santé vers plus de prévention et plus de responsabilisation des usagers face aux maladies chroniques et au vieillissement en bonne santé,
17. de la liberté de choix de soin en France comme en Europe,
18. de l’enquète 2018 sur le mal-être au travail des professionnels de santé français,
19. du contexte de maîtrise des dépenses de santé,
20. du mouvement FakeMedecine pouvant faire l’amalgame entre les pratiques de soins et de prévention ecaces/pertinentes et les pratiques dangereuses/sectaires,
21. des conclusions du programme européen de recherche CAMBrella en 2012 indiquant l’absence de réglementation en France sur les thérapies

Télécharger le texte

Nous appelons les autorités publiques françaises et européennes à :


1. clarifier les indications, les définitions, les contenus, les pratiques, les formations initiales et les formations continues en médecine intégrative et en intervention non médicamenteuse (INM),
2. faciliter et développer la recherche, l’évaluation et la surveillance des bénéfices, des risques, des coûts-efficacité et de la pertinence des INM à visée préventive ou thérapeutique,
3. impliquer les patients et les professionnels dans l’évaluation et la surveillance des pratiques et des praticiens,
4. sensibiliser les médecins à ces méthodes,
5. différencier explicitement ces méthodes des pratiques occupationnelles et des médecines parallèles (alternatives, sectaires, FakeMedicines…),
6. faciliter l’intégration des INM pertinentes dans les parcours individuels de santé,
7. améliorer l’accès à une information claire et transparente sur les pratiques et les praticiens,
8. structurer règlementairement et économiquement ce secteur,
9. demander aux professionnels des INM de s’engager à ne pas retarder ou interférer avec un diagnostic médical,
10. créer un organisme national ou européen spécialisé dans ce secteur.

Télécharger le texte

SIGNATAIRES DE CET APPEL  :

par ordre alphabétique

Le CESP s’intéresse aux grandes problématiques de santé, incluant notamment la psychiatrie, le cancer, les maladies chroniques et le soin primaire. Nos recherches relèvent avant tout de l’épidémiologie, avec une forte perspective intégrative.

Site Web

le C2DS fédère les acteurs du soin et de l’accompagnement ainsi que leurs parties prenantes autour du développement durable. Son objectif est d’informer les acteurs du secteur sur les avantages des bonnes pratiques du développement durable.

Site Web

Collège Universitaire de Médecines Intégratives et Complémentaires. Le CUMIC a été créé pour être l’interlocuteur des instances universitaires, des pouvoirs publics, des organismes représentatifs des professions de santé et des associations d’usagers et de patients sur ces thématiques.

Site Web

Groupe d’Evaluation des Thérapies Complémentaires Personnalisées a été créée pour promouvoir l’évaluation des thérapies complémentaires, pour aider à leur reconnaissance et à leur positionnement par rapport aux thérapies conventionnelles.

Site Web

Cette plateforme universitaire innovante travaille sur les méthodologies de recherche interventionnelle non pharmacologique.

Site Web

L’Observatoire des Médecines Complémentaires Non Conventionnelles favorise la réalisation d’études scientifiques afin de valider ou d’invalider leur intérêt…

Site Web

Rendez-vous à Toulouse au Congrès iCEPS 2020 Mercredi 25 Novembre 2020 à 16h30

Partagez votre réflexion

Laissez nous un commentaire, une question, une remarque…. Nous avons besoin de votre contribution pour construire ensemble la santé de demain